dimanche 1 février 2009

Le terrorisme sonore de My Bloody Valentine




Fondé en 1983, My Bloody Valentine est l'archétype du shoegazing, courant musical ainsi nommé en raison du non-jeu de scène de ses musiciens qui passent leur temps à regarder leurs chaussures (et par extension, les multiples pédales d'effets qui les aident à modifier le son de leurs instruments). Après des débuts peu extraordinaires, plusieurs changements de musiciens et des albums dispensables, My Bloody Valentine devient important en 1988, à la sortie du EP You Made Me Realise et de l'album Isn't Anything. Groupe mélodique, My Bloody Valentine parsème leurs chansons de saturations de guitares et d'effets multiples qui agressent l'auditeur. Le groupe est dans la lignée de Jesus & Mary Chain. C'est surtout lors de leurs concerts que le groupe dévoile sa propension à jouer très fort en faisant un maximum de bruit et de larsen.

Perfectionniste du son, le guitariste du groupe, Kevin Shields, s'enferme en studio pendant de longs mois pour accoucher de l'album Loveless (1991). Selon la légende, l'enregistrement de l'album aurait coûté £250,000 et la quasi-faillite du label Creation Records. Loveless est considéré à juste titre comme un des meilleurs disques jamais enregistrés. Difficile de décrire l'opus, mieux vaut écouter en boucle ce mélange de musiques atmosphérique et bruitiste. Le succès critique du groupe s'accompagne d'un échec commercial sans appel. En 1992, le groupe signe avec Island mais est incapable de livrer un nouvel album. Tout a été dit avec Loveless.

video

Jamais officiellement séparé mais inactif pendant une dizaine d'années, My Bloody Valentine a joué une série de concerts en 2008. Des concerts évidemment remarqués pour leur volume sonore. Les ORL auraient d'ailleurs remarqué un taux d'acouphènes supérieur à la moyenne chez les spectateurs des concerts de My Bloody Valentine. Pour se rendre compte de la violence sonore du groupe, écouter l'extrait ci-dessus. Il s'agit de "You Made Me Realise", interprété à Lyon le 21 mars 1989. Le son est relativement bon pour un enregistrement non-officiel. Les parties vocales sont volontairement en retrait par rapport aux instruments.

Aucun commentaire: