jeudi 7 mai 2009

Eloge de Karine Gambier, actrice

Karine-Gambier
Il faut que justice soit faite à Karine Gambier, la plus belle actrice française des années 1970, cette déesse disparue des écrans en 1981. L'oubli a assez duré. Nous parlons ici de la meilleure actrice française entre 1975 et 1981. Sa beauté plastique et sa chevelure bonde platine ont séduit les érotomanes et les cinéphiles de tous les continents.

Karine-GambierKarine Gambier avec une perruque brune dans Luxure de Max Pécas.

Karine-GambierTout simplement sublime...

Situons la carrière de Karine Gambier, actrice pour les metteurs en scène que sont Jess Franco, Max Pécas, Francis Leroi, Alain Payet et Claude Bernard-Aubert. Ce dernier, ancien reporter de guerre en Indochine et auteur du censuré Patrouille de choc (1957) et de L'Affaire Dominici (1973) est mieux connu sous le nom de Burd Tranbaree. Karine Gambier a débuté sa carrière dans Shoking ! qui met en scène les derniers jours de bourgeois avant la fin du monde. Elle est remarquée par Jess Franco et joue le rôle d'une femme folle nymphomane et persécutée par sa sœur dans Deux sœurs vicieuses. Sa blondeur irradie littéralement l'écran et sa maîtrise du rôle éclipse sa partenaire Pamela Stanford. Jess Franco fera tourner Karine Gambier dans Voodoo Passion (1977), dans Cocktail spécial (1978) et dans le WIP (Women in Prison) Frauen für Zellenblock 9 (1977). Elle y joue le rôle d'une prisonnière. Elle sera directrice de prison dans l'autre WIP Gefangene Frauen (1979) d'Erwin Dietrich, le célèbre producteur suisse de Jess Franco.

Karine-Gambier-Susan-HemingwayKarine Gambier et Susan Hemingway enchaînées dans Frauen für Zellenblock 9.

Karine-GambierKarine Gambier en cuir dans une dictature sud-américaine : Gefangene Frauen d'Erwin Dietrich.

Karine Gambier joue le rôle principal dans Luxure de Max Pécas. Dans ce film, elle incarne une femme décidée à suicider qui rencontre le sosie de son amour perdu. Pécas fait preuve d'une psychologie fine pour peindre les troubles et les fantasmes de Karine Gambier. Lors des scènes oniriques, les acteurs évoluent parmi de mannequins immobiles. Le film se termine par un rite érotico-maçonnique dont Stanley Kubrick a dû se souvenir pour Eyes Wide Shut.

Karine-GambierLe regard troublant de Karine Gambier.

Karine-GambierKarine Gambier dans Les Délices de l'adultère (1979).

Outres ces œuvres classiques, Karine Gambier a joué dans une cinquantaine d'œuvres pornographiques dont les mémorables Bangkok Porno (1977), Les femmes des autres (1978) et Partie de chasse en Sologne (1979), le film préféré de Maurice Genevoix. Dans ces films, elle fait preuve d'une certaine froideur et d'une distance hautaine presque aristocratique ; elle ne se livre presque jamais et son manque d'émotions faussement exacerbées lui donne un côté mystérieux et inaccessible. Elle est dans la digne lignée de Greta Garbo et Catherine Deneuve.

Karine-GambierLe mystère Karine Gambier...

En 1981, Karine Gambier décide de se retirer du cinéma. Peut-être était-elle lasse de jouer dans des œuvres pornographiques. On ne peut que blâmer le manque de clairvoyance des réalisateurs qui n'ont pas su voir en Karine Gambier une grande actrice. Reste une question essentielle : qu'est devenue Karine Gambier ?

Ci-dessous, deux extraits vidéos. Le premier est issu des Délices de l'adultère (1979) de Burd Tranbaree et le second de Luxure de Max Pécas (1976).

A la recherche du temps perdu: des bons dialogues dans un film pornographique.


Discussion philosophique autour d'une piscine.
L'amour et la mort. Georges Bataille apprécie.

3 commentaires:

losfeld a dit…

Très beau portrait, merci!

amedebout a dit…

Belle évocation de Karine Gambier. Le temps a passé. Les années 70 se sont enfuies. Mais sa singulière beauté demeure. Envers et contre tout.

Anonyme a dit…

des chef-d'oeuvres que peu de gens connaissent, moi compris.
ceux-ci meritent de redifusions por que moults ignorans s'instruisent sur le cinéma, de qualité. le 7° art quoi, le vrai!
signé: unignard dans la foule.pg