samedi 29 mai 2010

Kazuo Komizu - Entrails of a Beautiful Woman (1986)


Kazuo "Gairo" Komizu a débuté sa carrière à la fin des années 1960, en tant que scénariste, assistant-directeur et acteur pour le grand Koji Wakamatsu. Il a ainsi écrit les scénarii du mythique Go Go second Time Virgin (1969), d'Histoire d'amour contemporaine : la saison de la terreur (1969) et de Confidentiel : les lycéennes - petits boulots de l'extase (1972). Du raffiné. On peut voir ses talents d'acteur dans Sex Jack (1970) et Gushing Prayer : a 15-Year-Old Prostitute (1971), cette fois de Masao Adachi, compagnon de route de Wakamatsu. Du raffiné, encore une fois. Entre Wakamatsu et Adachi, on peut assurer que Kazuo Komizu a été élevé à la bonne école.

Ne jamais s'embrouiller avec des yakuzas...

Ce n'est qu'en 1986 que Komizu tourne son premier film, Entrails of a Virgin, suivi la même année d'Entrails of a Beautiful Woman et de Female Inquisitor en 1987, le tout formant une trilogie "sexe et gore". Entrails of a Beautiful Woman est particulièrement extrême. Une bande yakuzas spécialisée dans le viol collectif et la traite des jolies jeunes femmes, "vendues en Afrique via Manille", laisse échapper une de leur proie, qui se retrouve secourue par une infirmière. Malheureusement pour la jeune fille récemment violée, son organisme réclame de la drogue. En effet, lors de son viol, les yakuzas lui injectèrent une dose d'"angel rain," une drogue très puissante rendant dépendant dès la première prise. L'"angel rain" a la propriété de rendre les femmes les plus frigides en farouches nymphomanes. Ne pouvant supporter son sevrage, la jeune fille se suicide en sautant du toit de l'immeuble. Komizu, en roue libre totale, filme l'explosion d'une pastèque sur le trottoir pour "signifier" l'explosion sanglante du corps de la jeune fille sur l'asphalte nippon. Un Génie...

Du sexe...

... et du sang !

Bouleversée, l'infirmière décide de venger la jeune fille morte en retrouvant les yakuzas et les exterminer. En quelques minutes, elle a déjà le nom et le numéro de téléphone et l'adresse du bar préféré d'un des yakuzas ! Après avoir séduit un des yakuzas et l'avoir amené chez elle pour une séance de sexe, l'infirmière s'avère en réalité être une hypnotiseuse : alors qu'elle masse tendrement le sexe du yakuza, elle l'hypnotise et lui ordonne de tuer ses compagnons. Le coup de l'hypnose sera plus tard utiliser par Kiyoshi Kurosawa dans Cure (1997) et Takashi MIike dans Ichi the Killer (2001).

Un sexe avec des dents au bout du gland ! Une interprétation libre d'Alien...

Manque de chance, son plan ne se passe comme prévu et l'hypnotiseuse devient la nouvelle proie des yakuzas ! S'ensuit une séance de viol collectif assez pénible. Komizu pousse le vice jusqu'à faire de la dame une vierge... Juste pour le sang. Son calvaire ne finit pas là : on lui injecte également une dose d'"angel rain"... Elle ne supporte pas la drogue et meurt... avant de ressusciter sous la forme d'un monstre hermaphrodite vengeur ! Lors de la meilleure scène du film, le monstre hermaphrodite s'attaque à la femme du yakuza en chef dans une scène tout droit sortie d'Alien !

Un beau paquet de poudre... Komizu en a sûrement pris un peu pour réaliser ce film.

Le film se termine par la victoire de l'infirmière et l'explication de sa métamorphose : sans "angel rain", son corps se transforme en monstre sanguinaire. Pratique pour exécuter des yakuzas et se procurer leur drogue. Tout est bien qui finit bien !

video
La fameuse scène inspirée par Alien.

1 commentaire:

Martin a dit…

Pour info, c'est son 11ème film (la fiche imdb mériterait bien une grosse mise à jour)