samedi 5 février 2011

Alain Robbe-Grillet - La Belle captive (1983)

Le film La Belle captive (1983) est une adaptation d'un roman d'Alain Robbe-Grillet paru en 1975 et titré d'après six tableaux peints par René Magritte entre 1931 et 1967, tous intitulés La Belle captive. En 1983, l'écrivain-cinéaste avait publié Djinn, son dernier roman avant La Reprise... en 2001 ! En homme libre et inventif, Alain Robbe-Grillet prend à son compte le polar, la conspiration politique, l'érotisme et le surréalisme pour créer un film non conventionnel. On peut ainsi affirmer que La Belle captive est au film d'espionnage ce que Trout Mask Replica de Captain Beefheart est à la musique blues.

Une des Belles captives de René Magritte.

Sara Zeitgeist et Walter.

Un soir, dans une discothèque, Walter, un agent secret, tombe sous le charme de la belle et provocatrice Marie-Ange van de Reeves. Alors que la belle disparaît bien vite, Walter part rencontrer sa supérieure, Sara Zeitgeist, qui le charge de donner un message urgent à Henri de Corinthe, un important home politique. En chemin, Walter découvre Marie-Ange van de Reeves étendue au milieu de la route, blessée et les mains liées. Il délaisse alors sa prime mission et se rend dans un manoir pour faire soigner la jeune femme blessée. Et le film part en vrille, nous entraînant dans un univers de recherche neuroscientifique sur fond de milice et de régime totalitaire.

Walter découvre Marie-Ange van de Reeves sur la route.

Gabrielle-Lazure
Marie-Ange van de Reeves (Gabrielle Lazure) habillée...

Gabrielle-Lazuez-nueMarie-Ange van de Reeves (Gabrielle Lazure) nue.

Exécution sur la plage.

Comme toujours chez Alain-Robbe-Grillet, le montage du film est excellent. Moins érotique que Glissements progressifs du plaisir, La Belle captive est porté par de très bons acteurs : Daniel Mesguich en agent secret sous-delonien ; la belle et dominatrice Cyrielle Clair dans le rôle de Sara Zeitgeist ; la belle et perverse Gabrielle Lazure dans le rôle de Marie-Ange van de Reeves. Les second rôles sont parfois étonnant : on trouve Arielle Dombasle en femme hystérique, l'écrivain Roland Dubillard en savant fou, et Daniel Emilfork en flic avisé. Daniel Emilfork ! "Une sorte de gargouille vivante, un comédien qui aurait pu jouer Nosferatu sans maquillage", comme l'écrit Laurent Aknin dans Cinéma Bis. On ne saurait mieux dire !

Daniel-EmilforkDaniel Emilfork dans toute sa splendeur.

Arielle-DombasleArielle Dombasle en femme hystérique.

Extrait vidéo : Walter et Marie-Ange van de Reeves entrent dans un manoir pour chercher des secours. C'est à ce moment que le film tourne au glauque.

video

Aucun commentaire: