lundi 10 janvier 2011

Jess Franco - Shining Sex (1975)


1975. En villégiature dans le sud de la France, Jess Franco, accompagné d'une fine et mince équipe, tourne une flopée de films produits par Eurociné dont Shining Sex (ou La Fille au sexe brillant) et The Midnight Party (ou La Partouze de minuit) : les deux films partagent exactement les mêmes décors (les verrues touristiques de la côte d'azur construites pendant les années 1970) et mêmes acteurs. Les deux films ont dû être tournés en même temps en dix jours. Du classique chez ce cher Jess Franco.

Dan L. Simon, pseudonyme de Jess Franco pour Shining Sex.

Lina Romay dans une énième scène de danse lascive.

Le scénario de Shining Sex est pour le moins basique mais très new age : Cynthia, une danseuse de cabaret (Lina Romay, très nue et pour une fois intégralement épilée - d'où le titre du film) décide de se faire un extra pécuniaire en acceptant une passe avec un couple énigmatique et placide. Arrivée dans le domicile conjugal, Cynthia couche avec la femme. Une scène lesbienne sans parole de dix minutes qu'on jurerait jouée par deux autistes. Stupeur et incompréhension du spectateur qui apprendra plus tard que Cynthia aura été contaminée par un virus mortel d'origine extra-terrestre dont le but est de tuer ses partenaires sexuels. En effet, le sexe de Cynthia est maintenant imprégné d'un virus mortel. Cynthia rentre ensuite en contact avec un psychiatre, le Dr. Seward (référence à William S. Burroughs ? Non, plutôt au Dracula de Bram Stoker) joué par Jess Franco lui-même, qui est capable de "ressentir" les activités du couple "d'une autre dimension".

Dr. Seward...

... alias Jess Franco.

ItaliqueS'ensuit une scène où Cynthia rend visite à Madame Pécame, une médium (jouée par Monica Swinn) qui, après une scène lesbienne, meurt. A cause du sexe contaminé de Cynthia. Plus tard, Cynthia apprend - enfin - que le couple qui l'a séquestrée est "d'une autre dimension". La femme du couple n'est autre qu'Alpha. Alpha est jouée par Evelyne Scott, qu'on peut voir dans des classiques du porno gaulois giscardien, tels que L'Arrière-train sifflera trois fois (1975), Couche-moi dans le sable et fais jaillir ton pétrole (1975) ou Les orgies du Golden Saloon (1975). Surprise à la dernière bobine du film : Oliver Mathot (acteur mythique du cinéma bis) fait une brève apparition dans le rôle d'Elmos Kallman, un chasseur d'extra-terrestre. La coupe est pleine.

Un gros plan typique de Jess Franco.

Dans une literie sexy, la très pudique Lina Romay cherche à séduire...

... Olivier Mathot ! Une baise puis s'en va. Sacré second rôle !

Si les dialogues sont rares, ils n'en sont pas moins très drôles (du moins dans la version française... on sait les doubleurs très capricieux et taquins). Ne serait-ce que la première réplique de Lina Romay, qui s'adresse au couple d'extra-terrestres, après son numéro de cabaret. C'est tout simplement à se pisser dessus : "J'espère que mon numéro vous a plus. Vous savez, j'en ai d'autres bien plus piquants, mais nous sommes ici dans un club très chic. On ne me laisse pas faire tout ce qui me plaît. Vous auriez dû me voir à Hambourg, quelle liberté ! Je faisais un numéro merveilleux avec un cheval de course, c'était super porno, comprenez-vous ? Et pourtant, c'était pas dégueulasse ! Oh, c'était fou ! Après, je faisais un numéro avec deux gouines, mulâtres toutes les deux, et c'est là qu'on m'a offert mon premier contrat au Moyen Orient. J'étais tout le temps invité par des sultans. Et je suis rentrée en Europe parce qu'un de ces mecs voulait me kidnapper et me foutre dans son harem." On touche ici au sublime. Ni plus ni moins.

video
Un dialogue plus troublant qu'un essai de Kant.

2 commentaires:

dr frankNfurter a dit…

merci pour cette découverte, je la note sur ma playlist :-P

FLUOG a dit…

Éprouvant !