dimanche 14 février 2010

Shigeyoshi Suzuki - Le geste inexpliqué de Sumiko (1930)


Succès de l'année 1930 au Japon et chef-d'œuvre du cinéma prolétarien, What made her do it ? (Le Geste inexpliqué de Sumiko en français) fut considéré comme perdu pendant plusieurs années avant d'être retrouvé à la Gosfilmofond Russian National Film Library dans les années 1990. Malheureusement, les premières et les dernières minutes du film sont manquantes. Restent donc 75 minutes de bobines.


Le film narre les pérégrinations de Sumiko à travers le Japon des propriétaires et des puissants. Un mélange entre les romans picaresques de Sade et la doctrine communiste en pleine expansion. La phrase liminaire est explicite : "la vie est un long chemin de souffrances jusqu'à la mort". Ici, même les pauvres sont mesquins et corrompus par le désir de richesse. Comme l'écrivait le sanguinaire Robespierre en son temps, "la richesse corrompt ceux qui la possèdent et ceux qui l'envient".


L'histoire commence quand la jeune fille Sumiko se rend chez son oncle à la demande de son père, poussé au suicide par la maladie et la pauvreté. Sumiko arrive chez son oncle en croyant enfin pouvoir aller à l'école et apprendre à lire. Hélas, l'oncle n'a qu'une idée en tête : faire de Sumiko une bonne à tout faire avant de la vendre à un cirque ambulant. Le propriétaire du cirque est aussi abject, avare, sadique et pervers qu'un aristocrate débauché de chez Erich von Stroheim. Sumiko sera ensuite bonne pour la famille abjecte et hautaine du maire de la ville, puis bonne pour un être libidineux qui tente de la violer et enfin, après une tentative de suicide, entrera dans un couvent. Dans la scène finale, véritable climax malheureusement manquant (cette satanée bobine manquante !), Sumiko doit confesser ses péchés en public (comme 30 ans plus tard avec l'autocritique maoïste) et exulte contre les faux semblants de directrice du couvent : "Dieu n'est pas Amour, c'est un mensonge ! Je vous ai demandé le pardon et vous continuez à m'humilier ! Si Dieu était Amour, il m'aurait déjà pardonnée. Tout ça n'est que mensonge !" Dans un geste désespéré et devenue littéralement folle, Sumiko brûle l'église et danse au milieu des flammes. D'où l'interrogation finale : "Qu'est-ce qui lui a donc pris ?"



Dans la tradition des films prolétariens, Le Geste inexpliqué de Sumiko réussit parfaitement à provoquer l'indignation et la colère du spectateur. Face à une telle injustice sociale, le spectateur ne peut que compatir à Sumiko et haïr profondément les propriétaires et les institutions. Lors des scènes de repas, c'est-à-dire l'acte premier pour survivre, lorsqu'on voit Sumiko privée de nourriture ou devant se contenter de restes alors que les autres se goinfrent, gaspillent et se plaignent d'un assaisonnement, on pense à la scène de nourriture avariée dans Le Cuirassé Potemkine d'Eisenstein. Rien à dire : quand il est bien réalisé, le cinéma prolétarien est un appel à l'insurrection.


Mention spéciale à Keiko Takatsu qui incarne Sumiko, pauvre Justine prolétaire nippone, dont le visage filmé en gros plans porte à la fois toute l'innocence et tous les malheurs monde. On pense parfois à La Passion de Jeanne d'Arc de Carl Theodor Dreyer, où le réalisateur danois ne se lasse pas de filmer le visage martyr de Renée Falconetti. Sumiko est quant à elle la martyre du capitalisme.

video

vendredi 12 février 2010

The Rolling Stones - We Love You (1967)


On reconnait le style de Peter Whitehead, (superposition et accélération de l'image) cinéaste hors-pair, déjà réalisateur de plusieurs films sur les Rolling Stones dont le documentaire, Charlie is My Darling, sur la tournée de Stones en Irlande en 1965 et le clip de "Have you your mother, baby, standing in the shadow ?"

Les Rolling Stones enregistrent le 12 juin "We love you", qui remercie les fans pour leur soutien. Paul McCartney, John Lennon et Allen Ginsberg chantent les choeurs de ce morceau psychédélique influencé par la musique répétitive marocaine. Pour le clip, Peter Whitehead filme les Stones en studio. On y découvre, provocation, un Brian Jones sous influence qui a bien du mal à ouvrir les yeux. Vient ensuite une adaptation du procès des Stones. Keith Richards joue le juge, Mick Jagger l'accusé et Marianne Faithfull, le témoin. Le fameux manteau de fourrure de Redlands joue le rôle de la preuve ! Tout ceci relève évidemment de la potacherie. Pour certains, ce procès fait aussi référence à celui intenté à l'encontre d'Oscar Wilde en 1895 pour sodomie.

Sorti le 18 août 1967 au Royaume-Uni, "We love you" atteint la huitième place des charts.

Et voici la version colorisée du clip:


mercredi 10 février 2010

2010 February interview with Sono Sion

Sono-Sion-Interview
On Februray 5, during the festival Voir l'invisible, cinema L'Ecran in Saint-Denis (close to Paris, France) showed Sono Sion's Love Exposure for the first time in France. The following day, Suicide Club was shown with the presence of the director himself. He gave the following long interview where he talks about this career before Suicide Club, Tokyo GAGAGA collective, his film Hazard, French literature, his new film Cold Fish and the shooting of Lords of Chaos, a film dealing with Norwegian black metal musical scene and satanism in the 1990's.


Sono-Sion-Interview

How long do you stay in Paris ?

Three days, I leave tomorrow. I came here for the festival and tomorrow I go to Norway to shoot my next film, Lords of Chaos. I will look for places to shoot and cast people for supporting roles.

Will Jackson Rathbone play the first role ?

It's almost decided but supporting roles are not booked. The Lord of Chaos project started last year in Los Angeles.

OK. We'll talk about Lords of Chaos later. First of all, I'd like to congratulate you for Love Exposure which is a great film. Still, it was not shown in France except for this festival. Why that ?

(laughs) I don't know. Maybe because of the lenght of the film. Cinemas can only show it twice a day.

But the film was shown in the U.K. And in Germany.

Yes it was but I don't decide this kind of things.

Who does ?

Buyers and distributors do. If there are no distributors, the film can't be shown. In France, no distributors wanted to pay to show Love Exposure. That's it.

Still, everytime the film was shown, critics were really good. They even said that Love Exposure was the best film released in 2008. Aren't you frustrated that your film doesn't encounter a larger audience in more countries ?

Of course I am but what can I do ?

In France only three of your films are available on DVD... So we're obliged to download them illegaly on the Internet. What do you think about that ?

That's because I am not popular here. A DVD boxset called Before Suicide Club including all my early films will be released very soon in USA. So you'll find films like I Am Sono Sion, Bicycle Sighs or The Room. All my early films. All these films are already available in Japan.

Sono-Sion-Interview
How's your situation in Japan ?

Hopefully in Japan one can easily find my films ! If it were not the case what will I do ? But in the same time, In Japan, I am considered as a very special director. I don't encounter a great success but at least I am free to do whatever I want. If you want to be mainstream and gain success, you must follow the rules. My films are not "middle of the road", I am like a misfit. People politely accept me. Let's say they tolerate me.

How do you chose your actors ? You often direct people from J-pop, girls and boys bands. They are not professional actors. By the way, the actress Hikari Mitsushima is very pretty.

It is true that my actors often come from the musical scene but they're not very famous idols. I am pleased to see that they become famous after they act in my films. For instance, Hikari Mitsushima was awarded several times in Japan for her performance in Love Exposure. So her celebrity has increased and she can continue her career.

Sono-Sion-Interview
You began your career by writing poetry with the collective Tokyo GAGAGA. What was all about ?

When I was seventeen years old I wrote poetry before shooting 8mm films. I did this until I was 21 years old. After my first attempts in cinema I decided to go back to poetry and create the Tokyo GAGAGA movement. At first one could consider this as simple street demonstrations but basically people wrote poems on flags and walked in the street waving thoes flags. There was no political or social meaning, no clear message. Policemen often came to break these "demonstrations" but like there was no law to to ban us do so, they couldn't arrest us.
Was it inspired by the Dada movement ?

It really had nothing to do with art nor performance. About 200 people were walking down the streets and I think none of them considered it was art. It was more like a crowd heading to a punk rock show. It wasn't politic, there was no revendication at all. One could outwardly view this as a revival of 1960's demonstrations but we were just enjoying writing and showing poems in the streets. I was shooting GAGAGA ! GAGAGA !

What does that mean ?

It's the sound of the soul. It doesn't mean anything.

It reminds me the lettrist movement created by Isidore Isou in the 1950's or the scat in jazz music. It's pre-eminently a phonetic work.

Yes, exactly. That's it.

Sono-Sion-Interview
What did you want to do when you decided to quit poetry and begin cinema ?

It's two differents things. At first I quit cinema to create the Tokyo GAGAGA movement. I already released several films including Bicycle Sighs and The Room. Then I created Tokyo GAGAGA. When I got bored I went in San Francisco for a year. I wrote the script for Suicide Club.

Speaking of Suicide Club. I know in Japan suicides are quite common even among teenagers but the collective suicide thing is a fiction isn't it ?

Of course it's a fiction. There are not such collective suicides but the year after Suicide Club, in 2002, one discovers the existence of websites where dozens of people decided to commit collective suicides. I don't know if these people watched Suicide Club but let's say that I fortelled what could or would happen.

About your way to shoot films, I remarked that there's a lot of scenes shot with hand-held camera in the guerilla shooting style used by Hisayasu Sato, that is shooting in public places without any autorisation.

That's right. The first sequence in Suicide Club is shot in the guerilla shooting style. But of course, after a moment, people working in the Shinjuku station noticed it and asked me to stop it.

Speaking about Hisayasu Sato, what do you think about pinku eiga [Japanese erotic films] ?

I watched a lot of pinku eiga but they're not an influence in mly work. I rather like european erotic films like Emmanuelle or swedish softcore erotic films. I also like Russ Meyer films. When I was young, I saw a lot of european erotic films.

Sono-Sion-Interview
Is it true that you directed two pinku eiga and that you used to pseudonym to dot it ?

I shot one classical pinku and a homosexual one but I don't remember if I used a pseudonym. To be frank they were not pinku like the films distributed by Nikkatsu. They were both pure porn films. Of course genitals were pixelized because of japanese censorship.

Do you like the photographer Nobuyoshi Araki ?

Yes I do. We know very well each other. We are friends and we sometimes we have drinks together. One day I asked him to act in myfilm called Utsushimi. I did it on 2000, one year before Suicide Club. This film is a semi-documentary about Araki and his work. In the same time, it's also a erotico-dramatical fiction.

What french directors do you like ?

A lot. I don't know which one pick up. I like René Clément even if he's not my favorite one. When I was a student I liked Jean-Luc Godard films a lot.

Godard is Swiss, he's not French !
(laughs) Alright ! So I'd say François Truffaut. I also like Robert Bresson who directed The Trial of Joan of Arc in 1962. It's really a great film.

It's strange because Robert Bresson is quite austere, almost jansenist, He's the opposite of your style.

Yes but directors I like have nothing to do with my own style. And I like absurd and weird directors like Paul Verhoeven. Robocop. Showgirls is one of my favorite films if not the fovorite one.

Sono-Sion-Interview
What about the japanese cinema. I know that you hate Ozu.

The japanese cinema turned bad and less spectacular becuse of Ozu.

But your last film Be shure to share is a simple family story just like in Ozu's films ?

It's true but I did it for purpose. I wanted japanese critics say "Sono Sion can make a beautiful film when he wants to do it" because they were really harsh with Love Exposure. So with Be Sure to Share they said "It's alright, Sono Sion is now a mature director".

But Love Exposure won an award in the Tokyo Festival ?

It's true but it was the audience award. Most of japanese critics thought it was a coarse film.

Did they ? On the contrary I find this is a very pure film.

I agree with you. Love Exposure is a very pure film.

Sono-Sion-Interview
About the themes and the meaning of your films, one can say that according to you people can't really live et express because of institutions, whatever they are, school, family, church or society. You seem to laud extreme individualism even anarchism.

One can be free within institutions but one have to get rid of these institutions and of one self institution. To quote the french poet Paul Eluard, when you're an adult, you have to institutionalize people, to find an institution in everyone, vice versa. The ideal is to be free within the institution.

In the begining of Strange Circus, you quote a phrase from Huysmans decadent book Against Nature [original title : A Rebours]. This book tells the story of an aesthete who decides to live totally isolated from the society and create his own world. It's another proof of anarchism.

Yes it is and this year I plan to shoot a film dealing with Oscar Wilde and the Marquis de Sade and include elements from Joris-Karl Huysmans and Georges Bataille's books.

Do you like french literature ?

I love it. I love Jean Genet.

From the names you quote, I can tell you like rebels !

I like french poets like Guillaume Apollinaire and François Villon.

So not only rebels but even convict people !

(laughs) It's true that few of them went to jail ! Whatever, I like french literature.

Maybe do you plan to direct a biopic about one of them ?

No I don't, most of the biopics are terribly boring.

I am estonished you quote the Marquis de Sade. He's evoked in few pinku eiga and the main carachter of Koji Wakamatsu's When the Embryo Goes Hunting is named Sado. Is Sade that popular in Japan ?

I don't think Sade is really popular but the act of sado-masochism is very spread in Japan. But most of the people ignore that it comes from two authors, Sade and Sacher-Masoch. People don't care about literature, they only care this deviant sexuel act. Wherever it comes from.

Sono-Sion-Interview
Getting back to anarchism, in your Hazard, one of the carachter is fond of Walt Whitman's poetry which lauds more or less an anarchic and free future.

(laughs, no comments).

Hazard was shot in 2002 but was only released in 2005. What happened ?

A lot of things happened. I don't know if I can say it but the producer disappeared with the money.

Can I write it ?

Yes you can because that was a long time ago. Now I can talk about it.

I consider Hazard like a film a rebours of Elia Kazan's America America. In that film, the hero leaves Turkia to go to New York for a better life. In Hazard, a Japanese goes to New York but in the end he doesn't stay and comes back in Japan as a new man.

(astonished) Well, that's a personal interpretation of the film. This is an interesting point of view but haven't see America America.

This idea of a new man coming back to Japan is kind of a nietzschean idea, like the cosmic baby coming back to the earth at the end of Kubrick's 2001 : A Space Odyssey.

(laughs) Wow ! Nietzsche, no less ! Hazard is a curious film. I began to write a script based on a true event, a real sadomasochism murder that took place in the USA. The murderer lived in New York so I went there to shoot the film. When the shooting began I decided to get rid of the original script, that is a film about this murderer. I totally changed my mind and forgot about the SM murder. At the same time, I understood that the producer wasn't very honest. I also remembered the film Easy Riders, especially the part shot during the carnaval in New Orleans. It's shot with a hand-helled camera with any artificial lights. So Hazard was shot that way, without artificial ligths. I only reworked the lights during the edtiting. Hazard is the matrix of my current style.

That's why the picture is a bit "rough", especially during night-time scenes ?

Yes and it creates a New American cinema aethetic which is competly in phase with the subject of the film.

I find Hazard is a beautiful film.

Thank you. In Japan, all the critics hated it.

Sono-Sion-Interview
It's a sort of a paradox that the hero of Hazard goes to New York to find his own identity although an anti-americanism exists in Japan.

Most of the japanese people aren't anti-american at all. On the contrary, Japan looks for the protection of the USA.

But in the 1960's, the demonstrations began to criticize the american occupation in Japan since the World War II.

Today, it's the opposite. All the 1960's demands are over. On the contrary, people think it's not very smart to go aigainst the US politics. Japan is more and more conservative and being in good terms with the USA is its interest.

What do you think of the statut of minorities in Japan ? Korean, chinese or bresilian minorities for instance.

I'm not interested in these questions. I'm more interested in sex. Sex more than politic.

What about the mix of sex and politic like Koji Wakamatsu did in the 1960's ?

No. Sex served with an anarchic sauce doesn't interest me at all.

Let's talk about Lords of Chaos. The shooting should have begin last automn but it's now delayed. What happened ?

The shooting begins next month. It was delayed because I eeded to find money. But during this laps of time I managed to shoot another film entitled Cold Fish. I just finished to edit it.

That's great. What's the plot of Cold Fish ?

With Love Exposure, my shell exploded and now I have no more love. That's it. That's the film. I have no more love nor hope nor god. It's all over. All I have is sadness, despair, darkness and a world withtout any lights. I shot this film to cheer me up. It's inspired by the real story of a man who killed between 50 and 100 people, we don't know exactly how many people he killed nor we don't know how he did not to be captured and be free that long. He's a serial murderer who comited dozens of almost perfect crimes. Japanese police only found five corpses but thinks that he killed more people than that. The murderer is the only one to know exactly how many people he killed. In Cold Fish, the main character is not the murderer but another person that he manipulates. The film will released this year.

In France too ?

(laughs) I don't know.

Sono-Sion-Interview
If the shooting of Lords of Chaos begins next month, it means that it won't be ready for the Cannes festival.

I don't know, it depends not only on me but also on the people at the head of the festival.

Who proposed you to direct Lords of Chaos ?

I contacted american producers before directing Love Exposure because I knew I won't continue to work in Japan. So I proposed to these producers several projects and we all agreed for Lords of Chaos.

The topic is quite similar to the one of Love Exposure. It deals with another religious cult : satanism.

When I proposed several projects to the americain producers, one of them was a film with panties and pretty girls. That was Love Exposure.

Have you listened to black metal, bands like Mayhem and Burzum ?

Yes I did but I don't really like black metal music.

Have you met Varg Vikernes ?

No I didn't want to meet him. I prefer to keep my own vision of the character and not to be influenced by the real man. But I visited all the places where the facts happened.

I read Varg Vikernes wasn't very happy with this film.

He is not but that's the way he is. He likes people to talk about him. He sent a letter to the producer telling that if the film is shot, well I'd be shot. But he's only playing his own character. I guess he wants to make music again so if he kills me he won't be able to play music that soon.

Sono-Sion-Interview
Is it true that you will build five wooden churches in order to burn them ?

It's true. We are gonna build these churches and burn them. I am not anti-Christ but I don't lke the institution created in the name of the Christ. Not so long time ago, I was watching a american TV documentary where a priest from Vatican was asked if Jesus Christ lived today, would he live in Vatican ? He answered no because the Christ would hate Vatican.

Christ never said to create a clerical institution.

Right.

Do you know the book written by Jacques Ellul, Anarchism and christianism ?

No I don't. What's his name ? Jacques Ellul ? I may have heard about him but I don't know that book.

Last question, Lords of Chaos is your first english-speaking film including a famous american actor. Will you be now at last under the limelights ?

I prefer people dislike me. Camera is hard-on penis to me.

Will Lords of Chaos be shot by a hand-held camera ?

Yes, it will because camera is hard-on penis that you have to keep in hand. A penis can't stand still by itself, can he ? So hand-helding camera is important to me.

mardi 9 février 2010

Interview de Sono Sion le 6 février 2010

Sono-Sion-InterviewLe 5 février, à l'occasion du festival Voir L'invisible, le cinéma l'Ecran de Saint-Denis à projeté pour la première fois en France Love Exposure de Sono Sion. Le lendemain, ce fut le tour de Suicide Club. Le réalisateur Sono Sion était présent et il a accordé l'entretien suivant. Il y parle longuement de sa carrière avant Suicide Club, du collectif Tokyo GAGAGA, de son film Hazard, de littérature française, de son nouveau film Cold Fish et du prochain tournage de Lords of Chaos, film relatant les événements sanglants de la scène musicale sataniste norvégienne dans les années 1990.


Sono-Sion-Interview

Combien de temps restez-vous à Paris ?

Trois jours, je repars demain. Je suis venu pour le festival et je pars demain en Norvège pour le tournage de mon prochain film Lords of Chaos. Je vais faire un repérage des lieux et passer des auditions pour choisir les seconds rôles.

Jackson Rathbone doit jouer le rôle principal, celui de Varg Vikernes ?

C'est presque décidé mais les rôles secondaires ne sont pas encore choisis. Lords of Chaos est un projet qui a débuté l'an dernier à Los Angeles.

OK. On parlera de Lords of Chaos tout à l'heure. Tout d'abord félicitations pour Love Exposure qui est pour moi un très très grand film. Pourtant il n'a pas été distribué en France. Pourquoi ?

(rires) Je ne sais pas. Peut-être à cause de la durée du film. On ne peut que le passer deux fois par jour.

Pourtant le film est sorti en Angleterre et en Allemagne.

Oui mais ce n'est pas moi qui décide.

Qui décide ?

Ce sont les acheteurs, les distributeurs. S'il n'y a pas de distributeurs, le film ne peut pas être diffusé. Et aucun distributeur en France n'a voulu payer pour Love Exposure.

Pourtant partout où le film a été projeté, les critiques ont été très bonnes jusqu'à considérer Love Exposure comme le meilleur film de 2008. Vous n'êtes pas frustré qu'il ne soit pas distribué dans plus de pays ?

Bien sûr que je suis frustré mais je ne peux rien y faire.

En France, on peut seulement trouver trois de vos films en DVD. On est obligé de les télécharger illégalement sur Internet. Qu'est-ce ça vous inspire ?

C'est parce que je ne suis pas populaire ici. Aux États-Unis, un coffret de DVD intitulé Avant Suicide Club qui comprend tout ce que j'ai fait avant mon film Suicide Club va bientôt être distribué. On y trouvera tous des films comme I Am Sono Sion, Bicycle Sighs ou The Room. Tous mes premiers films. Et j'ajoute que tous ces films sont déjà disponibles au Japon.

Sono-Sion-Interview
Justement, comment ça se passe au Japon ?

On peut trouver mes films, encore heureux ! S'ils n'étaient pas distribués au Japon, qu'est-ce je deviendrais ! En même temps, au Japon, je suis considéré comme quelqu'un de très particulier. Je n'y rencontre pas un grand succès mais j'y ai une liberté totale. Quand on est un bon élève, il faut respecter les règles. Et comme moi je fais des films plutôt marginaux, on m'accepte gentiment. On me tolère, disons.

A propos du choix de vos acteurs et actrices, vous mettez souvent en scène des personnes issues de groupes de pop japonaise qui ne sont pas des acteurs professionnels. Par ailleurs l'actrice Hikari Mitsushima est très belle. Comment choisissez-vous les acteurs ?

Oui, ce sont souvent des idols mais qui ne sont pas très connus. Mais ça me fait plaisir de voir qu'ils deviennent connus après avoir joué dans mes films. Par exemple, Hikari Mitsushima a reçu plusieurs prix d'interprétation féminine au Japon pour Love Exposure. Donc c'est sûr que sa notoriété va s'accroitre et qu'elle pourra continuer sa carrière cinématographique.

Sono-Sion-Interview
Vous avez commencé votre carrière par la poésie au sein d'un collectif appelé Tokyo GAGAGA. En quoi consistait ce collectif ?

Entre 17 et 21 ans, j'ai écrit des poèmes avant de tourner des films auto-produits en 8 mm. Après ces premiers essais cinématographiques j'ai voulu revenir vers la poésie et j'ai créé le mouvement Tokyo GAGAGA. Vu de loin, ce mouvement pouvait paraître comme des manifestations de rue mais en fait il s'agissait de personnes qui écrivaient des poèmes sur des drapeaux et marchaient dans la rue en arborant leurs drapeaux. Il n'y avait aucun message politique ou social définis. Les policiers venaient souvent empêcher nos manifestations mais comme il n'y avait aucune raison pénale de nous en empêcher, ils ne pouvaient pas nous arrêter.

C'était inspiré par le mouvement dada ?

Cette activité n'avait rien d'artistique. Ce n'était même pas un performance. Nous étions environ 200 personnes à descendre dans la rue et je pense que personne ne pensait faire quelque chose d'artistique. C'était comme si une foule se rendait à un concert de punk. Tout ça n'avait rien de politique, il n'y avait aucune revendication. Nous n'étions pas des gauchistes. En apparence, on pouvait comparer ça à une renaissance des luttes des années 1960 mais nous prenions simplement du plaisir à écrire des poèmes et à les montrer. Et je criais GAGAGA, GAGAGA !

Qu'est-ce que ça veut dire ?

C'est le son de l'âme. Ça n'a pas vraiment de sens.

A l'instar du mouvement lettriste d'Isidore Isou dans les années 1950 ou le scat dans le jazz. Une recherche phonétique avant tout.

Oui, c'est tout à fait ça.

Sono-Sion-Interview
Quelle était l'idée de passer des poèmes de Tokyo GAGAGA au cinéma ?

Ce sont deux choses complètement différentes. J'ai arrêté de faire des films pour me consacrer au mouvement GAGAGA. J'avais déjà réalisé plusieurs films dont Bicycle Sighs et The Room. C'est seulement après que j'ai lancé Tokyo GAGAGA. Puis j'en ai eu assez et je suis parti aux États-Unis à San Francisco pendant un an. Et j'ai travaillé au scénario de Suicide Club.

En parlant de Suicide Club, je sais qu'au Japon les suicides sont fréquents y compris chez les adolescents, mais le suicide collectif de grande envergure, c'est une histoire inventée ?

Bien sûr, il n'y a pas autant de suicides collectifs et de cette ampleur, mais l'année après la sortie de Suicide Club, en 2002, on a découvert l'existence de sites internet où des dizaines de personnes avaient décidé de se suicider collectivement. Je ne sais pas si ces personnes avaient vu Suicide Club. Disons que j'ai pu prédire ce qui pouvait ou ce qui allait se passer.

A propos de votre manière de filmer, je remarque qu'il y a beaucoup de scènes tournées caméra-épaule dans le style de guerilla shooting de Hisayasu Sato, c'est-à-dire filmer dans les lieux publics sans autorisation, à la sauvette.

C'est vrai. Les premières séquences de Suicide Club ont été tournées dans le style guerilla shooting. Mais évidemment, au bout d'un moment, le personnel de la gare de Shinjjuku nous a demandé d'arrêter de filmer.

En parlant de Hisayasu Sato, qu'est-ce que vous pensez des pinku eiga [films érotiques japonais bien particuliers popularisés à partir des années 1960] ?

J'ai vu beaucoup de pinku eiga mais je ne suis pas influencé par ça. Je préfère les films érotiques européens comme Emmanuelle et les films softcore suédois. Et Russ Meyer que j'aime bien. Quand j'étais jeune, j'ai vu beaucoup de films érotiques européens.

Sono-Sion-Interview
C'est vrai que vous avez tourné des pinku eiga avec un pseudonyme ?

Ce qui est sûr, c'est que j'ai tourné un pinku classique et un autre pinku homosexuel mais je ne me souviens si j'ai utilisé un pseudonyme pour ça. C'était pas des films érotiques comme les roman porno de la Nikkatsu, c'était vraiment des films porno. Mais bien sûr, les sexes étaient pixelisés à cause de la censure au Japon.

Vous aimez bien le photographe Nobuyoshi Araki ?

Oui, on se connait bien, c'est un ami à moi. On boit des verres ensemble de temps à autres. Mais un jour je lui ai demandé de jouer dans mon film qui s'appelle Utsushimi, que j'ai réalisé en 2000, un an avant Suicide Club. Ce film est un semi-documentaire sur la pratique photographique d'Araki et en même temps une fiction érotique et dramatique.

Quels réalisateurs français aimez-vous ?

Il y en a beaucoup, je ne sais pas qui citer. René Clément bien sûr, même si ce n'est pas mon réalisateur préféré. Quand j'étais au lycée j'aimais beaucoup les films de Jean-Luc Godard.

Godard est suisse, il n'est pas français !

(rires) OK, alors François Truffaut. J'aime aussi quelqu'un qui a réalisé un film sur Jeanne d'Arc, Robert Bresson. Le Procès de Jeanne d'Arc (1962) est un film formidable.

Pourtant, le style de Bresson n'est pas du tout votre style, un peu janséniste, très austère ?

Ce qu'il faut savoir c'est que les réalisateurs que j'aime bien n'ont rien a voir avec mon propre style. J'aime bien les réalisateurs un peu absurdes. Comme Paul Verhoeven. Robocop. Showgirls, j'adore, c'est un de mes films préférés si ce n'est le préféré. J'adore ce film.

Sono-Sion-Interview
Pour ce qui concerne le cinéma japonais, vous détestez Yasujiro Ozu, non ?

C'est à cause de Ozu que le cinéma japonais s'est détérioré. A cause de lui, le cinéma est devenu moins spectaculaire.

Pourtant votre dernier film Be Sure to Share peut faire penser à une histoire familiale très simple comme dans les films d'Ozu ?

C'est volontaire. J'ai fait ça pour que les critiques japonais se disent "quand Sono Sion veut faire un beau film, il y arrive" alors qu'ils ont violemment critiqué Love Exposure. Les critiques japonais se sont dits, "c'est bon Sono Sion est devenu un réalisateur mature".

Pourtant Love Exposure a reçu un prix au festival de Tokyo ?

Oui mais c'était le prix du public pas des critiques. La plupart des critiques japonais ont trouvé que c'était un film vulgaire.

Vulgaire ? J'ai trouvé ça très pur...

Je suis d'accord avec vous, Love Exposure est un film très pur.

Sono-Sion-Interview
Pour parler plus profondément de vos films, pour vous l'individu ne peut pas vivre et s'exprimer sous les institutions que sont l'école, la famille, l'église et la société en général. Vous prônez un individualisme forcené voire un anarchisme.

On peut être libre dans une institution mais il faut se libérer de ces institutions et de sa propre institution. Pour citer le poète français Paul Eluard, quand on est adulte, il faut institutionnaliser les individus, on peut trouver une institution dans chaque individu et vice versa. L'idéal est d'être libre et de s'affranchir au sein même de l'institution.

Au début du film Strange Circus, vous citez Huysmans, une phrase d'A Rebours où un esthète s'exile du monde social. Encore une preuve d'anarchisme...

Oui et cette année, je compte réaliser un film autour d'Oscar Wilde et du marquis de Sade et y incorporer des éléments tirés des livres de Joris-Karl Huysmans et de Georges Bataille.

Vous aimez bien la littérature française ?

J'adore ça. J'adore Jean Genet.

Que des rebelles à ce que j'entends ?

J'aime les poètes français comme Guillaume Apollinaire et François Villon.

Des taulards pour certains !

(rires) C'est vrai que certains d'entre eux sont allés en taule ! Mais j'adore quand même la littérature française.

Vous comptez peut-être faire un film biographique sur un écrivain français ?

Non, la plupart des films biographiques sont très ennuyeux.

Ça m'étonne que vous parliez du marquis de Sade. Il est évoqué dans plusieurs pinku eiga et le personnage principal de Quand l'embryon part braconner de Koji Wakamatsu s'appelle Sado. Sade est si populaire au Japon ?

Je ne pense pas que Sade lui-même soit très connu mais la pratique du sadomasochisme est très répandue au Japon. Seulement, les gens ne savent pas que ça vient de deux auteurs, Sade et Sacher-Masoch. Les gens se foutent de la littérature, c'est l'acte sexuel déviant qui leur plait. Peu importe le nom de l'inventeur.

Sono-Sion-Interview
Pour en revenir à l'anarchisme, je pense au film Hazard où un des acteurs cite Walt Withman et prône en quelque sorte un avenir anarchique.

(rires, pas de commentaires)

Hazard a été tourné en 2002 mais il sorti en 2005. Qu'est-ce qui s'est passé ?

Plein de choses, à vrai dire. Je ne sais pas si je peux le dire mais le producteur s'est tiré avec l'argent.

Ah oui, je peux l'écrire ça ?

Oui vous pouvez l'écrire, maintenant il y a prescription.

Dans Hazard, que j'aime beaucoup, j'ai vu ça comme un film à rebours d'America America d'Elia Kazan. Dans America America, la personne part de Turquie pour émigrer à New York. Dans Hazard, le Japonais part à New York pour devenir un autre homme mais il revient au Japon comme un homme nouveau.

(surpris) Vous faites une interprétation nouvelle de ce film. C'est intéressant mais je n'ai pas vu America America d'Elia Kazan.

L'idée d'un homme nouveau qui revient au Japon, c'est un peu une idée nietzschéenne, l'homme nouveau, genre le bébé spatial, sur-homme, qui revient sur Terre dans 2001 L'Odyssée de l'espace de Kubrick ?

(rires) Oh la la ! Nietzsche, carrément ! Hazard est un film assez curieux, j'ai commencé à écrire le scénario basé sur un assassinat sadomasochiste réel. Ce criminel a vécu à New York et j'y suis allé pour tourner le film sur les lieux du crime. C'est seulement lors du début du tournage que j'ai complètement laisser tomber l'idée de départ, c'est-à-dire faire un film sur ce meurtrier. Tout est devenu complètement différent pour moi, j'ai complètement oublié le côté SM. C'est à ce moment que j'ai également compris que le producteur n'était pas très honnête. C'est alors que je me suis souvenu du film Easy Riders qui avait, en partie était filmé caméra épaule à la Nouvelle-Orléans lors d'un carnaval, sans lumière artificielle. Donc j'ai tourné Hazard sans lumière artificielle en plans séquences et c'est seulement au montage du film qu'on a travaillé la lumière. Ce film est la matrice de mon style actuel.

C'est pour ça qu'il y a un grain particulier dans l'image, surtout dans les scènes tournées la nuit ?

Oui, ça a un côté nouveau cinéma américain. Et ça convient bien au thème du film.

En tous cas je trouve que c'est un très beau film.

Merci. Au Japon, tous les critiques l'ont détesté.

Sono-Sion-Interview
Ce qui est paradoxal c'est que dans Hazard, le personnage principal va à New York pour trouver sa propre identité alors qu'au Japon, un sentiment anti-américain domine.

Au Japon, la plupart des gens ne sont pas du tout anti-américains. Au contraire, on cherche à être protégés par les États-Unis.

Pourtant dans les années 1960, les manifestations ont d'abord été un cri contre la présence américaine sur le sol japonais.

Aujourd'hui c'est le contraire, les revendications des années 1960 sont finies. Au contraire, les gens pensent que ce n'est pas très malin d'aller contre la politique des États-Unis. Le Japon est de plus en plus conservateur et c'est dans son intérêt d'entretenir de bonnes relations avec les États-Unis. C'est une des raisons pour lesquelles mes films sont détestés au Japon.

Que pensez-vous du statut des minorités au Japon. Les Coréens, les Chinois ou les Brésiliens, par exemple ?

Ces questions ne m'intéressent pas. Je m'intéresse davantage au sexe. Je m'intéresse plus à la sexualité qu'à la politique.

Et le mélange sexe et politique à la Koji Wakamatsu dans les années 1960 ?

Non, le sexe à la sauce anarchique ne m'intéresse pas du tout.

A propos du film Lors of Chaos, le tournage devait débuter en octobre et il n'est toujours pas commencé, qu'est-ce qui s'est passé ?

Le tournage commence le mois prochain. Ça a pris du retard parce qu'il fallait trouver des financements. Mais en attendant le tournage de Lords of Chaos j'ai pu tourner un film qui s'appelle Cold Fish. Je viens d'en finir le montage.

Très bon tout ça, quelle est l'histoire ?

Avec Love Exposure, ma carapace a explosé et je n'ai plus d'amour, voilà, le film. Je n'ai ni amour ni espoir ni dieu, c'est fini. Il me reste la tristesse, le désespoir, l'obscurité et l'univers absent de lumière. Pour me consoler, j'ai tourné ce film. C'est inspiré d'un fait divers, l'histoire d'un type qui a tué entre 50 et 100 personnes, on ne sait pas combien de personnes il a vraiment tué, on ne sait pas non plus comment il a fait pour passer inaperçu aussi longtemps. C'est un tueur en série qui a commis une série de crimes parfaits. La police japonaise a retrouvé cinq victimes mais on présume qu'il y en a plus que ça, personne ne sait vraiment combien. La police n'a pas réussi à trouver tous les cadavres. Personne sauf le tueur sait le nombre de victimes. Dans Cold Fish, le personnage principal n'est pas le tueur lui-même mais une personne manipulée par lui. Le film va sortir cette année.

En France aussi ?

(rires) ça je ne sais pas !

Sono-Sion-Interview
Pour en revenir à Lords of Chaos, si le tournage commence le mois prochain, le film ne sera pas près pour le festival de Cannes ?

Non, je n'en sais rien, ça ne dépend pas seulement de moi mais aussi des dirigeants du festival.

Qui vous a proposé de tourner Lords of Chaos ?

J'ai contacté des producteurs américains avant même Love Exposure parce que je savais que je n'allais pas continuer à travailler au Japon. Je leur ai donc proposé plusieurs projets et nous sommes tombés d'accord pour Lords of Chaos.

Le sujet est assez similaire à celui de Love Exposure, un culte religieux déviant, ici le satanisme.

A l'époque j'avais proposé plusieurs projets aux producteurs américains. Un de ces projets était un film avec des culottes et des belles filles, c'était Love Exposure.

Vous avez écouté les groupes de black metal comme Burzum ou Mayhem ?

Je n'aime pas vraiment le black metal.

Avez-vous rencontrer Varg Vikernes ?

Non, volontairement je n'ai pas voulu le rencontrer. Je veux rester dans mon imaginaire et ne pas être influencé par la personne réelle. Par contre, j'ai visité tous les lieux où les faits réels se sont vraiment passés.

J'ai entendu que Varg Vikernes n'était pas très content qu'on fasse un film sur sa vie.

Oui, il se fâche mais il est ainsi, il aime qu'on parle de lui et qu'on le regarde. Il dit ça comme ça. Il a expédié une lettre au producteur qui dit que si on tourne le film, il me tuera. Mais il ne fait que jouer son propre rôle. Je crois qu'il veut refaire de la musique donc s'il me tue, ce n'est demain qu'il pourra en refaire.

Sono-Sion-Interview
Vous allez vraiment construire cinq églises en bois pour les brûler ?

C'est vrai, non allons construire ces églises et les brûler. Je ne suis pas anti-Christ mais je n'aime pas l'institution créée au nom du Christ. Dernièrement, j'ai regardé à la télévision américaine un documentaire dans lequel on demandait à une personne du Vatican "si Jésus le Christ vivait aujourd'hui, vivrait-il au Vatican ?" Il a répondu non parce que le Christ détesterait le Vatican.

Oui, le Christ n'a jamais dit qu'il fallait créer une institution cléricale.

En effet.

Est-ce que vous connaissez le livre de Jacques Ellul, Anarchie et christianisme ?

Non je ne le connais pas. Comment s'appelle-t-il ? Jacques Ellul ? J'en ai peut-être entendu parler mais je ne connais pas.

Pour finir, Lords of Chaos, votre premier film anglophone tourné avec un acteur vedette, vous mettra enfin sous les feux de la rampe ?

Je préfère déplaire aux gens. Pour moi la caméra représente un pénis en érection.

Lords of Chaos sera filmé caméra-épaule ?

Oui, c'est parce que la caméra est un pénis en érection qu'il faut la tenir à la main. Un pénis ne se pose pas de lui-même sur le sol, non ? Donc je tiens à la caméra-épaule.

vendredi 5 février 2010

Jing Wong - City Hunter (1993)




Jing Wong a réalisé près de cent films en vingt ans de carrière ; c'est un habitué des comédies policières comme Casino Tycoon, God of Gamblers ou Royal Tramp. En 1993, il porte à l'écran le manga à succès City Hunter, mieux connu sous le nom de Nicky Larson. Nicky Larson (ou Ryo Saeba) est un détective privé amateur de belles femmes et de nourriture. Et il n'hésite pas flinguer à tout va. Un rabelaisien en Chine, en quelque sorte. Il protège également Kaori, la petite sœur de Makimura, feu son partenaire.

Le fameux marteau qu'utilise Kaori pour écraser le libidineux Ryo.

Dans cette adaptation du manga, Jing Wong a convoqué des acteurs réputés de Hong Kong. Jackie Chan, qu'on ne présente plus, est Ryo Saeba. Un choix logique quand on connaît le talent de Chan pour l'humour, les arts martiaux et les cascades dangereuses réalisées sans doublure (avec parfois des membres brisés ou des évanouissements à la clef). Kaori est interprétée par Joey Wang, célèbre pour son interprétation dans Histoire de Fantômes chinois en 1987.

Joey Wang en robe de soirée.

Chingmy Yau : la grande classe.

Leon Lai, joueur de cartes roublard.

Chingmy Yau, finaliste de la compétition Miss Hong Kong en 1987 et actrice sexy pour des polars et des thrillers "légers" dans les années 1990, joue le rôle de Saeko, une femme flic tête brûlée qui porte très biens les pétoires dans sa guêpière. Du lourd. Leon Lai, acteur et chanteur populaire, qu'on peut voir dans Les Anges Déchus de Wong kar-Wai et A Hero Never Dies de Johnnie To, incarne Gundam, escroc des jeux de cartes qui refuse que des terroristes l'empêchent de gagner de l'argent. Un grand moraliste donc. Enfin, Richard Norton joue le rôle du gros méchant de service. Quelques années plus tard, il livrera ses services dans la série Walker Texas Ranger. Il est très musclé et manie le nunchaku avec dextérité.


L'histoire ? Jackie Chan, aux trousses d'une jeune fugueuse, se retrouve en pleine croisière sur un paquebot de luxe. Pas de chance, des terroristes ont décidé de braquer le paquebot et d'enlever les personnes les plus riches pour demander une rançon exorbitante. Aidé par la petite Kaori, la flic Saeko et l'escroc Gundam, Ryo Saeba, célèbre city hunter, va venir à bout des terroristes. Le film comporte une forte dose d'humour, beaucoup de scènes de combats, quelques fusillades et deux ou trois cascades osées dont une poursuite en planche à roulettes à contre-sens sur l'autoroute. Le combat final entre Jackie Chan et Robert Norton est certes un peu longuet mais la scène "street fighter" justifie à elle seule le film :

video

Dans cette scène, Jackie Chan s'explose contre une borne d'arcades Street Fighter 2 (en 1992, le jeu est au sommet de sa popularité). Il se transforme alors en Maître Honda alors que son ennemi terroriste devient Ken. On se demande quand même si c'est de la publicité (gratuite ou payante) pour le célèbre jeu vidéo.

jeudi 4 février 2010

John Woo - From Riches to Rags (1980)




Neuvième film réalisé par John Woo, From Riches to Rags est une comédie qui met en scène l'acteur Ricky Hui. C'est d'ailleurs le premier film auquel il participe après son départ de la maison de production Shaw Brothers. Il remettra le couvert avec John Woo dans les comédies To Hell with the Devil (1981) et Plain Jane to the Rescue (1982), et jouera notamment dans le polar Aces Go Places 3 de Tsui Hark (1984).

Ricky Hui a le plus gros cigare.

Dans From Riches to Rags, Ricky Hui joue le rôle d'un travailleur pauvre de 28 ans vivant encore chez sa grand-mère et rêvant d'épouser Jo-Jo, une célèbre actrice hong kongaise. Un jour, il devient millionnaire en gagnant au loto. D'une vie de perdant, il va passer à un vie de grand luxe, en achetant maison, voiture et vêtements idoines. Avec son ami Fatso, ils mènent la belle vie en alternant victuailles, sorties en boites de nuit et étalages de nouvelle richesse. Le brille-brille qui se pratique d'aujourd'hui par des Russes philanthropes et esthètes sur la Côte d'Azur.

Les trois tueurs à gages en voiture. Celui de droite louche terriblement.

En garde ! Fatso et Ricky en plein duel.

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu'au jour où Ricky apprend par une méprise d'un médecin qu'il a le cancer et qu'il va bientôt mourir dans d'atroces souffrances. Ricky décide de se suicider. Pour ne pas avoir à souffrir et être sûr de mourir proprement, il engage des tueurs professionnels pour l'abattre. Mais Ricky prend soudain conscience que le médecin s'est trompé dans son diagnostic : il n'a pas le cancer et ne va pas mourir. Ricky doit donc échapper aux tueurs professionnels (des bras cassés !) qu'il a engagés. S'ensuivent des courses poursuites, des bagarres de rues hilarantes et un final fou dans un hôpital psychiatrique !

video
Une partie de billard rondement menée : good ! good ! good !

La séquence finale de l'hôpital est particulièrement drôle puisque John Woo y pastiche deux films à succès de 1978 : Midnight Express d'Alan Parker et The Deer Hunter de Michael Cimino. En effet, sur le point de devenir eux-mêmes fous, Ricky et Fatso regardent les fous marcher en cercle autour d'un lingot d'or géant. Ricky décide de marcher à contre-courant "pour ne pas devenir fou" comme le taulard de Midnight Express quand il commence à trop disjoncter. Enfin, le film se termine par une séance de roulette russe ici tournée en dérision. On est loin du pathos entre Robert de Niro et Christopher Walken dans les geôles du Viet Cong.

video
La scène de la roulette !